SOUCIS DE RE-NAISSANCE

Rodin le penseurTarabichi dit : « J’appartiens à la génération des paris perdants ,notre génération a parié sur le nationalisme , sur la révolution , sur le socialisme , et aujourd’hui , elle parie sur la démocratie – non pas pour des valeurs en elles-même – mais , en les utilisant comme des ponts pour « insuffler » la vie aux arabes , et pour rattraper le dépassement civilisationnel , lequel , blesse le narcissisme arabe dévalorisé devant les nations évoluées .

 

En effet, cet article ne met  la lumière ni sur « ces enjeux »  ni sur les conséquences néfastes qui ont éloignées (les arabes) de plus en plus de la civilisation, mais, (je crois que) cette défaite elle-même est la raison qui nous amène à abandonner la stratégie des alternatives (idéologiques) pour nous intéresser  uniquement aux mécanismes de la renaissance. Ce sont, aussi bien, des mécanismes rationnels que matériels .Le concept ne se modifie que lorsque la vision change, grâce au rôle sensible de l’intellectuel qui doit mettre en marche le mécanisme de renaissance, sachant que « terminologie » est le champ de son travail.

 

La renaissance étant une conséquence matérielle, économique, sociale, technique, administrative, c’est aussi un mot qui engendre un terme : RENAISSANCE. Il ressemble à la mouche de Socrate, qui consiste à éveiller et non pas à endormir les (esprits), à piquer et non pas à les anesthésier, autrement dit, la renaissance a besoin de renaissance au niveau de la conscience. Il n’y aura pas de renaissance sans volonté de renaître. Et de ce côté-là  – une autre fois- qu’émerge le rôle sensible de l’intellectuel lequel , selon son choix idéologique , peut être un facteur de volonté de renaissance ou le contraire : et ceci est le centre de lutte de la culture arabe contemporaine : c’est la volonté d’apostasie chez l’intelligentsia arabe, en particulier , à cette époque historique où elle subit des pressions de partout : politique ( défaite des systèmes idéologiques progressistes) , économique (revenus de pétrole très mal gérés) et sociales            ( explosion démographique , chômage , baisse de taux de mariage , crise d’habitat) , et psychologiques  ( humiliation arabe devant Israël) , elle doit donner la priorité à la volonté d’apostasie sur la volonté de renaissance… »

 

DE LA LIBERTE A LA MODERNITE

 

« En 1917 Freud mit l’accent dans un article intitulé UNE DIFFICULTÉ DE LA PSYCHANALYSE ,sur la profonde blessure narcissique qui affecta l’Homme lors des découvertes scientifiques : la Terre n’est plus le centre de l’Univers comme le dictait l’Église , l’Homme n’est plus l’être pétri par les mains de Dieu et la psychanalyse lui ôte l’amour propre qui en reste en affirmant  qu’il est sujet à son inconscient ; or, parait-il , cela concerne , uniquement , l’Homme européen qui fit de lui , grâce aux conquêtes avec des armes à feu effroyables , l’être sublime de la terre , autour duquel tourne la civilisation humaine .

 

Pour nous, les non européens, la blessure narcissique est deux fois profonde que celle de l’européen. De bon gré ou malgré lui, le non européen ne tourne pas autour de lui-même, il s’incline vers l’autre (l’européen) et se meut dans son orbite.

Ce reversement des rôles ne s’effectue pas uniquement dans l’espace, mais aussi dans le temps lorsque l’orient(en particulier) découvrit que cinq siècles de civilisation le séparent de l’occident.

 

De cette blessure  anthropologique ouverte sur la dialectique de centre et bord dans l’espace, et sur la dialectique d’évolution et stagnation dans le temps, naquit l’ère de re-naissance arabe. Elle emprunte cet attribut en se référant à la renaissance européenne qui la devança par trois  ou quatre siècles.

 

Elle doit cette rupture avec l’ère décadente grâce à un cataclysme externe, autrement dit, sous pression de ce qu’on qualifie par le choc de la rencontre avec l’occident. Inversement, l’ère de la renaissance européenne s’effectue par authenticité et non par procuration, avec une rupture d’origine avec le moyen âge européen.

 

Aussi, aurions-nous raison de conclure que la re-naissance arabe ne rompe pas avec l’ère décadente – pour mériter la qualité de renaissance- mais, elle se préoccupe –et encore plus-  de camoufler sa blessure anthropologique.

Et comme toute blessure, narcissique- individuelle ou collective en psychanalyse collective- le renvoi prend deux aspects : renier la blessure ou essayer de suturer la plaie. La re-naissance arabe incarne les deux aspects ; d’un côté –et c’est le cas des courants salafistes divers- l’ère de re-naissance se mobiliserait pour la défense absolue des valeurs héritées du passé brillant pour confirmer son efficacité éternelle ; et de l’autre côté , et c’est le cas des courants modernisés avec toutes leurs ramifications- l’ère de re-naissance  se consacrerait à la Critique , c’est-à-dire de disséquer les phénomènes de postériorité dans les communautés arabes et de confirmer l’incapacité de ces valeurs de la  soutirer  de sa somnolence  et encore substituer les mentalités et les réalités :représentation/concept, pour que l’orient rivalise avec l’occident et retrouve sa place au centre après s’être marginalisé .

 

C’est ainsi que l’Europe eut « le droit de priorité » de tracer les bords de la modernité  pour toutes les cultures mondiales et son avenir. L’avenir n’est plus caché, auparavant, on y accède par conjecture, mais, aujourd’hui, c’est devenu un quai d’arrivée obligatoire en prêtant sa voie étendue par la modernité qu’on peut qualifier par avancement ou recul.

 

Le présent des pionniers est l’avenir des retardataires. Et on peut substituer le terme « fatalité » par « nécessité historique » pour apaiser son effet, car « nécessité » n’est pas synonyme de « fatalité » sachant bien que la voie d’accès n’est pas tracée au préalable, et que chaque communauté doit suivre sa destinée en traçant sa propre voie …Et la LIBERTÉ constitue la distance qui sépare le point de départ et celui d’accéder à la modernité.

Le modèle européen fût bâti depuis la renaissance… »

 

 

 

IDENTITÉ ET IDENTIFICATION

 

«   …Les intellectuels, il leurs incombe de conceptualiser la liberté  en affranchissant les mentalités des débris idéologiques. Depuis la re-naissance au 19e siècle et tout au long du 20e siècle, le terme » libèrté » ne revêt pas de sens clair ou soutient des paradoxes…

 

Cependant, Taha Houceine façonne la modernité par le faite d’abandonner l’identité et s’identifier à l’européen jusqu’à devenir « européen en tout » en ce qui est bon et mauvais.

 

Cet appel à l’identification totale et sans condition efface mécaniquement l’identité qui constitue un facteur organique des identifications partielles ; certes, l’identification partielle construit l’identité et enrichit la personnalité, par contre, l’identification totale caricature l’identité, puisqu’elle repose sur  les mécanismes de l’imitation, la répétition et la contre façon(…) qui appauvrissent et aplatissent la personnalité. L’inspiration, elle, fait de l’identification partielle et conditionnée un entrainement à la liberté de l’identité, l’originalité, l’environementation, le renouvellement, la créativité.

L’imitation est un asservissement.

 

Taha houceine – le laider de ce courant-  a raté la cible en confondant le moyen (méthodologie) et le but (objectif). Il aurait recommandé la reproduction de développement au lieu de le copier ou le cloner. Or, pour avancer, il est nécessaire de reformuler la problématique en séparant l’occidentalisation de la modernisation : en effet, la 1èreefface l’identité de sorte que l’âme la rejette  sans regret ; la 2ème, c’est l’adaptabilité avec les changements psycho- socio- politico-économiques, elle ne résume pas l’acte civilisationel en un coup de bâton magique, autrement dit, c’est une ouverture sur de multiples modèles, alternatives et solutions créatives, elle ne coupe ni avec le passé, ni avec le bien héréditaire, lesquels contribuent à soulever les changements civilisationnels…

 

La modernisation, en plus, est une rare occasion pour insuffler la vie à cet héritage et renouer les liens avec les œuvres qui ont été gelées en s’inspirant de la civilisation moderne…

 

Aussi, nous permettons-nous de prévoir que la 1ère  moitié du 21ème siècle serait le champ d’une modernisation théologique en prévalant le Texte coranique sur le Hadith, puis, philosophique  en libérant la Raison.

Reste la modernisation scientifique qui serait absente  tout au long de ce siècle dans le monde arabe. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *